Amicale du Chien Loup Tchécoslovaque

Accueil du site > epreuves et concours > recherche utilitaire > ancien règlement de la recherche utilitaire /

ancien règlement de la recherche utilitaire

mardi 1er septembre 2009, par texwolf


Conditions d’admisson et organisation des épreuves

RECHERCHE UTILITAIRE

La participation aux diverses classes vous impose :

1 - d’engager votre chien dans les délais prescrits

2 - d’arriver le matin des épreuves aux heures définies accompagnés de votre chien

3 – de confier son carnet de travail aux organisateurs

4 – de présenter le certificat de sociabilité et d’aptitude à l’utilisation

5 – de présenter son certificat antirabique

6 – de donner la licence et joindre 3 étiquettes autocollantes

Il est bon de rappeler que le chien sera soumis à un tir de coup de feu pour connaître sa réaction.

La pratique de la Recherche Utilitaire est commandée par deux objectifs principaux :

- Utiliser les possibilités olfactives des chiens dans toutes les conditions (topographiques, météorologiques, dans le temps).

- Un côté physique dont l’aboutissement se situe dans l’atteinte de la réussite du tandem « maître chien » face aux tracés auxquels il se trouve confronté.

La Recherche Utilitaire offre la possibilité, le cas échéant, de prêter concours aux Services Publics en recherche humanitaire uniquement.

1. CONDITIONS GENERALES D’ADMISSION

1.1. Voir page 3 du présent règlement

1.1. Ces concours sont réservés aux races de chiens reconnues par la Société Centrale Canine (SCC) pour le travail en pistage. Les chiens appelés à concourir devront avoir un carnet de travail délivré par la Société Centrale Canine (SCC) et une licence d’utilisateur délivrée la Commission d’Utilisation Nationale de Chien de Berger et de Garde (CUNCBG). Le chien doit être titulaire du Certificat de Sociabilité et d’Aptitude à l’Utilisation (CSAU). A noter que pour l’épreuve du brevet le carnet de travail n’est pas obligatoire.

Les chiens non-inscrits au Livre des Origines Françaises (LOF) sont admis dans les concours (ou épreuves) de pistage ou de recherche utilitaire. Ils font l’objet d’un classement à part et en aucun cas ne peuvent participer à l’une des trois Coupe de France.

1.2. : Le conducteur du chien devra appartenir à un club affilié ou en stage d’affiliation. Le concurrent doit avoir rempli correctement sa feuille d’engagement accompagnée de trois vignettes (licence utilisateur), qui doit être signée par le président de son club. Cet engagement, son règlement et le certificat antirabique à jour feront foi en cas de litige. Les chiens monorchides ou cryptorchides sont admis à participer aux concours (ou épreuves) de pistage et de recherche utilitaire, aux mêmes conditions que les chiens non-inscrits au L.O.F.

1.3. : Le concurrent doit être présent à l’appel général du matin et à la remise des prix si les résultats sont donnés le jour de la manifestation. Toute absence à la remise des prix sans accord préalable du président du jury entraînera un rapport du juge au président du groupe de travail.

1.4. : Toute brutalité envers un chien ou insulte vis-à-vis d’un juge ou d’un organisateur sera sévèrement réprimée : élimination. Le président du jury devra en faire mention dans son rapport et informer le groupe de travail qui prendra les sanctions prévues dans le règlement de la cynophilie.

1.5. : Les clubs organisateur ne sont en aucun cas responsables ni de la fuite, de la perte ou la mort d’un chien, ni des accidents qui pourraient lui survenir, ni des dégâts dont le chien pourrait être la cause.

1.6. : Un concurrent n’a pas le droit de présenter plus de deux chiens dans un concours (ou épreuve), toutes catégories confondues, même si ce concours se déroule sur deux jours. Il lui est interdit de participer à deux concours " C " ou " TLS " avec le même chien dans un week-end.

1.7. : Le concurrent s’abstiendra de toute tricherie, par exemple : faire promener une chienne en chaleur près des autres concurrents, tirer sur la longe pour éviter une faute, etc… Ces tentatives entraîneront l’élimination immédiate.

2. CONDITIONS D’ADMISSION DANS CHAQUIE CLASSE

2.1. : EPREUVE DE RECHERCHE PRATIQUE : BREVET

L’épreuve du Brevet est réservée au équipes maîtres et chiens débutantes. Le chien devra passer le test du coup de feu.

Critères de qualification :

Si l’équipe cynophile obtient sa mention Excellente (qualificatif identique à la classe 1) il sera noté sur le carnet de travail : " Brevet à la Recherche Utilitaire Réussi – Mention ".

2.2. : EPREUVE DE RECHERCHE PRATIQUE : CLASSE 1

Critère de qualification :

Deux mentions minimums avec au moins :

- un excellent,

- un très bon,

- ou un bon,

Dont une à l’extérieure de sa zone d’influence, et sous deux juges différents.

Le tandem "maître-chien" qualifié peut, s’il le désire, se représenter autant de fois qu’il le souhaite en classe 1, dans la limite des places disponibles.

Le tandem "maître-chien" n’aura plus accès à la classe 1 dès qu’il aura obtenu sa qualification en classe 2. Sauf changement de conducteur, obligation de refaire le cheminement de la classe Brevet (nouveau tandem "maître-chien".

2.3. : EPREUVE DE RECHERCHE PRATIQUE : CLASSE 2

Cette classe est ouverte aux tandems "maître-chien" ayant obtenu leur qualification en classe 1.

Critère de qualification :

Deux mentions minimum avec au moins :

- un excellent,

- un très bon,

- ou un bon,

Sous deux juges différents. Une mention doit être obtenue en dehors de sa régionale.

Le tandem "maître-chien" qualifié peut se représenter autant de fois qu’il le souhaite en classe 2 dans la limite des places disponibles.

Le tandem "maître-chien" n’aura plus accès à la classe 2 dès qu’il aura obtenu sa qualification en classe 3. (Sauf en cas de dissolution du tandem "maître-chien" : retour à la classe Brevet.

EVALUATION DES QUALIFICATIFS DES CLASSES 1 ET 2

Mention EXCELLENT : 2 objets minimum et la personne recherchée

Mention TRES BON : un objet et la personne recherchée

Mention BON : la personne recherchée

Reconnaissance du travail de l’équipe :

Le chien relevé après l’obtention de son 3ème objet sans la découverte de la personne aura une mention ASSEZ BIEN. Celle-ci ne sera pas comptabilisée pour le passage en classe supérieure.

2.4. : EPREUVE DE RECHERCHE PRATIQUE : CLASSE 3

L’épreuve de classe 3 est ouverte aux tandems "maître-chien" ayant obtenu leur qualification en classe 2.

Critère de qualification :

Une mention minimum avec qualificatif :

- soit excellent,

- soit très bon,

- soit bon,

- soit assez bon.

EVALUATION DES QUALIFICATIFS DE LA CLASSE 3

Mention EXCELLENT : trois objets minimums et la personne recherchée

Mention TRES BON : deux objets et la personne recherchée

Mention BON : un objet et la personne recherchée

Mention ASSEZ BON : la personne recherchée uniquement.

3. ORGANISATION GENERALE DES EPREUVES

3.1. : Un club ne peut organiser des épreuves durant :

- le Championnat de France de Beauté,

- la Coupe de France de Pistage,

- la Coupe de France de Recherche Utilitaire

- la Réunion Nationale des juges de Pistage.

3.2. : S’agissant d’épreuves d’utilité, un nombre minimum de six chiens est exigé par épreuves, séparée ou confondue.

Les organisateurs devront établir :

- un tableau horaire (heure de départ du poseur de parcours, heures de prise de parcours, heure de fin de recherche),

- un descriptif de parcours, et profil sur carte IGN 1/25 000ème,

- un profil général des parcours, avec les noms des personnes recherchées, heures des prises de recherche, par journée d’épreuves (dossier à présenter au jury dès son arrivée).

Le juge peut apporter, suite à la visite des parcours, les modifications qu’il souhaite.

Le nombre de poseurs de parcours, de brouilleurs, de commissaires suiveurs et de commissaires aux postulants, est fixé en fonction des épreuves inscrites au programme et du nombre d’équipes cynophiles.

Des véhicules seront mis à la disposition du jury, des personnes à rechercher, des commissaires, et des équipes « maîtres et chiens ».

L’organisation générale est couverte impérativement d’émetteurs-récepteurs.

3.3. : APPEL

Le postulant devra être présent, à l’heure indiquée par l’organisateur, à l’appel effectué à l’ouverture des épreuves. Il se prêtera de bonne grâce aux éventuelles vérifications sanitaires.

Le responsable du club organisateur doit à l’heure prévue pour le rendez-vous, procéder au ramassage des carnets de travail de TOUS LES POSTULANTS. Le postulant ne pouvant pas présenter ce carnet de travail ne sera pas accepté.

Le juge, une fois les carnets de travail rassemblés, doit contrôler la présence des carnets et vérifier si les chiens engagés dans une classe ont bien le droit de se présenter dans la dite classe.

Dans le cas de postulants absents à l’appel et arrivant en cours d’épreuves, le juge est le seul habilité pour apprécié l’excuse de ce retard. Si le juge décidait de refuser ce postulant, sont engagement resterait acquis au club organisateur.

3.4. : TIRAGE AU SORT

Le juge doit veiller à ce que le tirage au sort s’effectue en toute régularité. Le tirage au sort sera effectué par demi-journée.

3.5. : OBJETS DE REFERENCE

Dans toutes les classes, un objet de référence sous sac plastique sera mis à la disposition du postulant, 30 minutes avant le départ, sur les lieux de la recherche.

En classe Brevet et 1, un autre objet de référence (non comptabilisé) sera perdu dans l’aire de départ.

3.6. : TEST DU COUP DE FEU

Il sera tiré individuellement, avant le départ, hors enquête, à proximité de l’aire de départ et hors zone pavillonnaire. Le coup de feu sera tiré en l’air, face au chien, avec un 9 mm ou 6 mm double charge, à une distance de trente pas. Le chien doit rester indifférent. Si zone pavillonnaire, le coup de feu sera tiré à l’arrivée.

3.7. : ENQUETE

Un témoin sera mis à disposition du postulant à proximité de l’aire de départ. Ce témoin pourra clairement délimiter l’aire de départ, ainsi que le secteur où aura été vu pour la dernière fois la personne disparue.

4. ORGANISATION TECHNIQUE DES PARCOURS

Il sera fait appel à des « poseurs de parcours » ayant une solide expérience de la Recherche Utilitaire.

Ils devront être à même d’établir en concertation avec le responsable de l’organisation technique et le jury, les projets de parcours sur cartes (échelle à partir de 1/25 000ème). Il est absolument indispensable qu’ils connaissent parfaitement la région concernée. De plus, ils devront prendre des repères très précis afin de confirmer sur carte les tracés effectués comparativement au projet de descriptifs des parcours.

Les objets seront "perdus" ou placés avec la même attention pour permettre entre autre de les situer avec précision sur les descriptifs à l’usage du jury et des commissaires.

Les longées de routes à grande circulation et les traversées d’agglomération sont interdites.

Les points de découverte des personnes recherchées seront minutieusement repérés à l’avance. En tout état de cause, ils se situeront dans un endroit accessible à un véhicule, dans le but de les repérer.

Ces personnes seront reconduites par véhicules aux points précis de la fin des parcours, dès la prise de recherche du tandem "maître-chien". S’agissant d’épreuves utilitaires, la personne pourra adopter une multitude d’attitudes, suivant la décision du juge.

Les départs des parcours sont placés sous la responsabilité des commissaires suiveurs, au gré du juge. Leur rôle principal consistera à assister le juge tout au long du parcours.

Il est souhaitable que l’organisation soit faite de telle sorte qu’il n’y ait aucun contact entre poseurs de parcours et postulants. Ces derniers devront se soumettre à l’esprit de sérieux qui nécessite l’isolement des deux groupes : commissaires – personnes à rechercher et concentration : maître et chiens – public.

5. OBJETS

Les objets devront être strictement personnels et d’un usage courant : porte-monnaie, gant, stylo, peigne, écharpe, mouchoir, portefeuille, coiffe, lacet, etc…

Le nombre d’objets doit être mentionné sur le carnet de travail.

Objets subtilisés : si le chien marque nettement et avec insistance l’endroit de la perte ou du caché et après une nette localisation de l’objet, celui-ci sera comptabilisé et annoncé à l’équipe sur l’instant.

6. COMPORTEMENT DES POSTULANTS

6.1. : Après une enquête de départ, le postulant a toute liberté pour suivre son chien comme il l’entend. Toutes les initiatives sont laissées, il peut par exemple :

- détacher son chien à un moment donné s’il a choisi de l’accompagner en longe et, vice-versa, le rattacher s’il a choisi la recherche en libre,

- remettre son chien en recherche de parcours où bon lui semble, le faire quêter, éventuellement, pour une prise de "foulement",

- les objets ramassés par le postulant sans avoir été détectés par le chien et dépassés par celui-ci, seront comptabilisés à l’appréciation du juge,

- interroger des personnes se trouvant sur le parcours,

- mettre son chien au repos.

Le procédé de l’identification de la personne recherchée sera laissé au gré du postulant.

6.2. : Dans le but de maintenir une ambiance amicale, les postulants demeureront tout au long des épreuves d’une grande politesse et courtoisie, tant envers les organisateurs, qu’envers les juges et spectateurs.

Un postulant se permettant des paroles déplacées, des impolitesses ou des violences, sera éliminé des épreuves.

Il faut bien s’imprégnés du fait que les propos désobligeants ou actes contre l’honneur, ne servent qu’à dévaloriser les activités cynophiles vis-à-vis du grand public.

Il n’en reste pas moins que parmi les fautes que pourrait commettre un postulant, la plus grave demeure la brutalité envers son chien. Toute personne (juges, commissaires, organisateurs, postulants ou spectateurs) qui serait le témoin de scènes de violence, même minime, sur un chien le jour d’une épreuve, devrait se faire un devoir de le signaler au juge. Ce dernier après s’être assuré du bien-fondé des accusations (témoignages en quantité et qualité suffisants) devra faire un rapport au président de la société canine régionale concernée par le concours, pour toute demande de sanction.

Le juge fera parvenir une photocopie du rapport au responsable de la discipline.

7. JURY

7.1. : Les juges doivent utiliser la feuille de RAPPORT TECHNIQUE mise à leur disposition par le club organisateur pour établir leur rapport de jugement technique.

Ce document est disponible auprès du responsable de la discipline.

Dans la semaine suivant les épreuves, le juge transmettra :

Un rapport simple à la S.C.C., au Président de la C.U.R. et au responsable de la recherche utilitaire du Groupe de Travail Pistage.

7.2. : Le juge à la fin des épreuves, a la charge d’annoncer les résultas, de signer les carnets de travail remplis par les organisateurs et remettre ces carnets aux postulants. Il doit remplir tous les carnets de travail, en stipulant la classe et la mention : soit excellent, soit très bon, soit bon ou sans mention.

Il remettra à chaque postulant un exemplaire du rapport technique selon les formes prescrites :

- compléter l’imprimé en portant toutes les indications demandées dans les espaces prévus à cet effet,

- souligner d’un marqueur les parties concernées, noter ces propres observations et si besoins ses conseils.